COV : comment lutter contre les polluants de l’air intérieur ?

  1. Accueil
  2. Nos conseils
  3. COV : comment lutter contre les polluants de l’air intérieur ?

Nous passons près de 90 % de notre temps en intérieur : dans notre logement, mais aussi au bureau, à l’école ou dans notre voiture.

Et même si on ne s’en rend pas toujours compte, et que la pollution est parfois invisible, l’air intérieur est beaucoup moins pur qu’on ne l’imagine.
L’air intérieur est 8 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur et contient notamment une catégorie de substances appelées composés organiques volatiles (COV) dont certains sont nocifs.

D’ou proviennent les Composés Organiques Votatils ?

La pollution de l’air intérieur est générée par des sources multiples propres à l’habitation, à l’environnement, aux équipements ou aux comportements des occupants, mettant en jeu de nombreuses substances.

Les matériaux de construction et produits de décoration sont notamment à considérer comme des sources importantes d’émissions de composés organiques volatils (COV).

Ces polluants constituent un ensemble de substances appartenant à différentes familles chimiques dont le point commun est de s’évaporer plus ou moins rapidement à température ambiante : benzène, styrène, toluène, trichloroéthylène…
Les plus connues sont le butane, le toluène, l’éthanol (alcool à 90°), l’acétone et le benzène que l’on retrouve dans l’industrie, le plus souvent sous la forme de solvants organiques (par exemple, dans les peintures ou les encres).

Y a t-il un danger pour la santé ?

Ce sont des polluants précurseurs de l’ozone, et certains d’entre eux sont considérés comme cancérogènes pour l’homme.
Le benzène a d’ailleurs été classé cancérogène (groupe 1) par le CIRC (centre international de recherche sur le cancer) depuis 1987.
Certains composés organiques volatils peuvent être à l’origine de maladies chroniques telles que des cancers, des maladies du système nerveux central, des lésions du foie et des reins, des dysfonctionnements de l’appareil reproducteur, des malformations.

Comment limiter les COV dans un logement ?

Vérifier le classement des matériaux

Que ce soit de la peinture, des revêtements de sol ou des isolants , il est important de bien vérifier leur classement avant achat.
La réglementation oblige les fabricants à  préciser les émissions de polluants volatils sur l’étiquette de chaque produit, avec une note classée de A+ à C.
Ce label mesure le niveau d’émission du produit en polluants volatils dans l’air intérieur d’une pièce.
C’est pourquoi il est important de privilégier des matières premières avec une note de A+ ou A, quelle que soit l’utilisation que vous envisagez.

Découvrez notre gamme d’isolants naturels bio-sourcés et éco-sourcés !

Utiliser des produits d’entretien écologiques

Il est également important de prêter attention aux produits ménagers utilisés pour l’entretien de la maison.
Eux aussi peuvent dégager de nombreux COV, sans compter qu’ils sont parfois dangereux pour la peau et qu’ils perturbent l’équilibre de nos réseaux d’assainissement (notamment quand ils contiennent de la Javel).

Il est alors préférable de se tourner vers des produits d’entretien dotés de labels environnementaux comme le label Ecocert.

Découvrez notre gamme de produits d’entretien certifiés Écocert !

Menu