Allergies au pollen : comment s’en protéger au quotidien ?

  1. Accueil
  2. Nos conseils
  3. Allergies au pollen : comment s’en protéger au quotidien ?

Il y a 20 ans 3% de la population française souffrait d’allergies. Aujourd’hui on estime à 25% ceux qui présente une allergie au pollen chaque année !

Qu’est-ce qu’une allergie aux pollen ?

L’allergie est une réaction d’hypersensibilité de l’organisme.
Au contact avec les yeux ou les voies respiratoires, les pollens provoquent des réactions inflammatoires plus ou moins invalidantes.

Les pollens sont en grande partie responsables de ces allergies.
La saison dite « pollinique » (c’est-à-dire des pollens) varie entre le mois de février et le mois de septembre.
On observe néanmoins un pic considérable entre les mois d’avril et de juin.

Plus la température est douce, voire chaude, et sèche, plus la concentration de pollens est élevée : à certaines périodes, on peut retrouver près de 1000 grains de pollens par mètre cube d’air, alors que 5 grains suffisent pour que les symptômes apparaissent.

On distingue plusieurs types de pollens allergisants, les suivants étant les plus communs :

  • Les pollens issus des arbres (aulne, bouleau, charme, châtaignier, chêne, cyprès, frêne, noisetier, olivier, peuplier, platane, saule, tilleul)
  • Les pollens d’herbacées (ambroisie, armoise, oseille, pariétaire, plantain)
  • Les pollens de graminées

Les symptômes

L’allergie aux pollens se manifeste généralement par différents symptômes tels que :

  • un nez bouché et qui coule
  • des éternuements
  • des démangeaisons et irritations (yeux, nez, gorge…)
  • des yeux rouges qui piquent ou brûlent
  • une conjonctivite
  • de l’asthme, etc

Certaines personnes sont plus sensibles aux symptômes respiratoires déclenchés par les pollens.
En effet, tout patient présentant une fragilité respiratoire voit son risque augmenter,  c’est notamment le cas des asthmatiques.

Les pollens d’arbres (février à mai), de graminées (mai à juillet) et d’herbacées (juillet à octobre) occupent le terrain plus de la moitié de l’année.
Mais vous n’êtes sûrement pas allergique à tout.
Voilà pourquoi il est important d’identifier les allergènes qui déclenchent vos crises, en pratiquant des tests chez un médecin.

Est-ce normal de se sentir fatigué ?

Les allergiques au pollen se plaignent souvent d’être fatigué. Attention, ce symptôme ne doit pas être confondu avec la somnolence, parfois consécutive à la prise d’antihistaminiques.
Alors d’où vient la fatigue ? En fait elle est liée aux autres symptômes : le sommeil est affecté, les réveils nocturnes sont plus nombreux, et donc la fatigue générée augmente.

Découvrez notre gamme de purificateurs d’air !

Que ce soit pour un usage personnel ou dans un cadre professionnel, les purificateurs d’airs du spécialiste Natéosanté s’adaptent à chaque besoin.

Que faire au quotidien pour soulager une allergie au pollen ?

  • Aérer son intérieur au bon moment : avant 9h, après 20h et plutôt pendant les périodes pluvieuses et fraîche (lorsque l’air est moins concentré en pollen).
  • Installer un filtre à pollen dans la voiture (et l’entretenir).
  • Se laver les cheveux en fin de journée, pour réduire le risque de présence de pollen dans le lit, pouvant perturber le sommeil.
  • Éviter de dormir la fenêtre ouverte si le lit est près de la fenêtre
  • Traquer le pollen déposé sur ses vêtements : brosser ses vestes et pantalons sur le palier, laisser les chaussures à l’entrée, ne pas se déshabiller dans la chambre.
  • Secouer le linge qui a séché dehors, afin d’éviter de disséminer le pollen à l’intérieur de chez soi.
  • Nettoyer régulièrement son intérieur, sans oublier les tapis et les meubles.
  • Éviter de se baigner en piscine quand le pollen est dans l’air (le chlore peut aggraver la rhinite allergique).
  • Porter des lunettes de soleil par beau temps venteux pour éviter le contact du pollen avec les yeux.
  • Faire un lavage de nez matin et soir au sérum physiologique ou avec un spray d’eau de mer pour éliminer le pollen accumulé dans les muqueuses nasales.
  • Éviter la fumée de cigarette et la pollution, qui augmentent la sensibilité des muqueuses.
  • Équiper son intérieur d’un purificateur d’air
Menu